Live Settings

Theme Color

Box Layout

Mode

Favourite Color
Main Color
Réinitialiser

Comment choisir des produits locaux ?

Ce qu’il faut savoir pour bien choisir des produits locaux

La consommation de produits locaux est tout sauf un effet de mode. Il s’agit désormais d’une pratique durable et de plus en plus répandue. Il faut dire que les caprices climatiques que nous connaissons depuis plusieurs années à présent nous font prendre conscience des conséquences des activités humaines. Aussi, les consommateurs s’inscrivent davantage dans un mode de vie plus écologique et sain

En outre, les nombreux scandales alimentaires ou encore les preuves de maltraitance ou de conditions de vie déplorables des animaux dans les élevages industriels font évoluer les mentalités. À cela s’ajoutent une prise de conscience générale et une volonté de mieux se nourrir pour une meilleure santé. 

C’est dans ce contexte bien plus général que ce guide complet des produits locaux prend place. Alors bien évidemment, la question de savoir comment choisir ses produits locaux finit, tôt ou tard, par se poser. Découvrez la réponse à cette question dans ce qui suit.

Qu’est-ce qu’un produit local ?

Se demander comment identifier la provenance d’un produit alimentaire pour s’assurer d’acheter en local est louable, mais qu’est-ce qu’est un produit local ? Cette question pourrait faire sourire tant la réponse parait évidente. Et pourtant, il n’y a aucune définition précise légale.

Alors que pour certains, consommer local signifie acheter français, pour d’autres, il s’agit de consommer des produits de leur région, voire des communes alentour seulement (les petits « producteurs du coin »). Alors, sur quels critères se baser pour définir si un produit est local ou non ?

La seule définition officielle en matière de produits locaux dit qu’il ne doit pas y avoir plus d’un intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Pourtant, la notion de distance devrait aussi avoir toute son importance, mais par rapport à qui ou à quoi ? 

Par exemple, plus la ville dans laquelle on habite est grande et plus la distance et la notion de local s’élargissent. Ainsi, pour la ville de Paris, l’approvisionnement est considéré comme local si le produit est fabriqué à moins de 250 km. En revanche, lorsque l’on vit dans une commune en Normandie, par exemple, ce critère d’acceptation se rétrécit à l’échelle de la région elle-même, voire à une cinquantaine de kilomètres.

Pour prendre un autre exemple hors de nos frontières, il faut savoir qu’aux États-Unis, un produit est considéré comme local s’il est produit dans un rayon de 400 miles, soit 640 km. Ainsi, la notion de local ne se résume donc pas véritablement à une question de distance, mais fait plutôt référence à une notion de territoire, sous-entendu un terroir ou une région.

Mais, dans ce cas, peut-on qualifier un achat de local lorsqu’il s’agit d’acheter des cannelés bordelais à un petit fabricant local par le biais d'un site de vente en ligne lorsque l’on vit à Paris ? La fabrication est locale, mais pas le lieu de consommation.

Comment identifier un produit local ?

Ce qui suit va nous permettre de rebondir et de préciser ce qui précède, car les moyens mis à la disposition des consommateurs, comme les labels pour aider à choisir ses produits locaux, et l’acte d’achat dans la vie quotidienne sont assez éloquents. 

En effet, de manière générale, pour acheter un produit local, il suffit de se rendre sur les marchés près de chez soi pour accéder aux ventes directes des producteurs (produits de la ferme, produits de crémerie, viande, poisson pour les régions en bord de mer, etc.). D’autres solutions existent également : 

  • les AMAP (Associations de Maintien de l’Agriculture Paysanne) qui mettent en lien direct les consommateurs et les producteurs de proximité (produits bio ou non) ;
  • les magasins de producteurs d’une même région qui se réunissent pour vendre leurs produits en direct ;
  • les drives fermiers qui, grâce à une plateforme en ligne, permettent aux consommateurs de faire leurs achats chez des producteurs locaux à proximité de chez eux et de venir récupérer l’ensemble en point relais ;
  •  les supermarchés qui vendent de plus en plus de produits locaux afin de satisfaire une demande toujours plus croissante. 

Dans le cas des achats locaux dans la grande distribution, une plus grande vigilance doit être accordée au choix des produits afin de ne pas se faire abuser par le marketing. Bien que le fait de choisir un produit uniquement par l’intermédiaire des labels soit un peu réducteur (cette démarche étant payante pour les producteurs, tous ne peuvent se le permettre), cette pratique se veut néanmoins sécurisante. 

En effet, les labels d’appellation géographique et de qualité (AOC, AOP, IGP, etc.) sont un gage de traçabilité, à la condition de préférer les labels officiels publics ou les labels privés responsables.

Les produits locaux sont-ils bio ou de saison ?

Le choix d’entrer dans une démarche locale est un cercle vertueux et, de fait, il prend une dimension bien plus large que le simple fait de vouloir mieux consommer (meilleurs produits, meilleur rapport qualité-prix, etc.). Qu’importe les raisons qui poussent les consommateurs à consommer local, les bénéfices sont multiples :

  • la réduction de l’émission des gaz à effet de serre (GES) liée au transport des produits, et plus encore pour les produits importés ;
  • le déploiement des circuits courts garantissant, entre autres, une meilleure information sur l’origine des produits et une plus grande fraîcheur ; 
  • le soutien de l’économie et de la vie sociale locales, et notamment des petits producteurs locaux qui bénéficient alors d’une meilleure rémunération ;
  • la réduction des déchets par une quantité d’emballage moindre ;
  • etc.

Mais, comme nous le disions, une telle démarche se veut plus globale et vertueuse, car en choisissant de consommer des produits locaux, nous consommons davantage de produits de saison, notamment par le fait de choisir des fruits et légumes locaux disponibles en fonction du calendrier, et d’aliments bio. Mais, un produit local est-il forcément bio ou de saison ?

Il convient de ne pas confondre ces différentes notions, même si elles sont souvent liées entre elles. « Local » correspond au circuit commercial (circuit court avec un intermédiaire maximum entre le producteur et le consommateur) et « bio » désigne un mode de production. Cependant, selon l’Agence de l’environnement, les exploitations biologiques recourent plus souvent à la vente de leurs produits en circuit court que les fermes non bio. Par souci économique ou par cohérence de leur démarche, peu importe, il s’avère que de nombreux produits locaux sont bio. 

Notons cependant que de nombreux producteurs non labélisés ont tout de même recours à des pratiques qui se veulent respectueuses de l’environnement. L’absence de label ne doit donc pas être un frein à l’achat de certains produits locaux. 

Ainsi, un produit local n’est pas systématiquement un produit bio, et inversement. Néanmoins, selon l’échelle de reconnaissance (nationale ou européenne), certains labels bio garantissent une dimension « locale nationale », c’est-à-dire la garantie d’acheter français. Ce dernier point nous permet donc de répondre à la question restante : produit local et produit de saison, est-ce la même chose ?

Là encore, la réponse n’est pas si simple. De manière générale, l'achat de fruits et légumes cultivés localement, ou tout du moins sur le territoire français, est la garantie d’acheter des produits de saison, dans la mesure où ils ne peuvent pousser et mûrir que si les conditions climatiques sont favorables. Il est en effet difficile de faire pousser des végétaux nécessitant beaucoup de soleil en hiver, par exemple. Il est également complexe, voire impossible, de cultiver certains fruits sous nos latitudes (fruits exotiques par exemple).

Néanmoins, il existe des modes de culture qui permettent de produire un fruit ou un légume à l’année, comme la tomate. Toutefois, ce type d’agriculture ne peut être qualifiée d’éco-responsable dans la mesure où elle nécessite des conditions d’exploitation spécifiques (utilisation de composés chimiques comme des engrais ou de l’antigel). Il est donc probable de trouver des végétaux locaux hors saison. Leurs qualités gustatives et nutritionnelles sont cependant moindres en comparaison des produits de saison.

Le choix de produits locaux relève avant tout d’une question de bon sens. Par exemple, la présence de melon local sur les étals de marché en plein hiver doit interloquer le consommateur.

Nous vous recommandons ces autres pages :